Séjour

Japon : un périple Tokyo-Kyoto-Osaka au Printemps avec 3 enfants


Par Sophie & Christophe

Cela faisait plusieurs années que nous rêvions d’aller au Japon. Nous avons, que ce soit les enfants ou nous-mêmes, été bercés par les dessins-animés japonais, et voir cette société, ces images en « vrai » nous attirait tous autant que nous sommes. Les temples, la décoration et le raffinement, la nourriture, la technologie…tout nous faisait envie. Nous avons eu l’opportunité de nous y rendre (entendez par là une certaine rentrée d’argent inattendue…) au printemps dernier.


Monter un voyage au Japon sans agence de voyage peut s’avérer assez complexe, car tout semble loin : la langue, l’écriture, la monnaie, les us et coutumes. N’hésitez donc pas à vous inspirer de blogs qui détaillent très bien leurs expériences ; nous avons opté pour celui de Gaijin que vous trouverez  , et qui nous a été très utile pour planifier notre périple. Nous avons ajouté à cela le guide Voir sur le Japon, pour l’eau à la bouche de ses photos, et évidemment, le Routard, toujours très utile lorsqu’il s’agit de détails pratiques.

Si vous décidez de vous plonger dans les guides touristiques, vous verrez que le périple que nous vous proposons ici est vraiment le minimum que l’on puisse faire, il y a tellement de lieux à voir et à arpenter. Nous avons fait des choix (et des erreurs parfois !), et nous les partageons avec vous. Par exemple nous n’avons pas visité le Palais Impérial à Tokyo, ni même le Kinkaku-Ji à Kyoto ; aux foules, nous avons préféré prendre le temps de nous imprégner de l’atmosphère.


Quelques temps avant de partir, nous avons fait changer de l’argent, pensez-y. Si toutefois vous préférez éviter de vous promener avec tout votre argent liquide en poche, sachez que certaines agences seront présentes à l’aéroport de Tokyo (Nous avons traité avec Travelex, qui a notamment une agence à l’aéroport Narita). N’oubliez pas que vous serez fatigués du vol, et que peut-être le change d’argent risque d’être l’étape de trop de votre trajet, surtout avec des enfants.



Il y a mille façon d’aborder le Japon, et même si ce voyage est coûteux et que vous avez envie que tout soit parfait, sachez qu’on n’embrasse pas le Japon en une seule fois. Nous sommes rentrés de ce voyage sonnés, émerveillés, abasourdis. Nous avons halluciné tout le long, tellement ce pays est riche dans tous les sens du terme. Il y a tellement à voir, à faire qu’il nous faudra forcément y retourner, plusieurs fois sûrement. Tout est joli, pensé, organisé, rien n’est fait ni laissé au hasard (et surtout pas la circulation des gens dans le métro !). Le fait même de choisir des souvenirs à rapporter s’est avérer compliqué tellement le choix est vaste et la qualité au rendez-vous.

Inspirés des conseils du site de Gaijin, nous avons opté pour visiter Tokyo (5 jours), Kyoto (6 jours) et Osaka (1 jour, veille de prendre l’avion). Tokyo nous a étourdis, Kyoto nous a offert ses charmes traditionnels et hauts en couleur, et Osaka nous a surpris, même si nous n’y avons passé qu’une journée avant de reprendre l’avion. Sachez tout de même que nous avons préféré Kyoto haut la main, plus simple à appréhender pour un premier voyage en famille, et fourmillant de merveilles à découvrir.

Côté transports, nous avons atterri à Narita, nous avons pris le train puis le métro jusqu’à notre logement. Pour rejoindre Kyoto au départ de Kyoto, nous avons pris le Shinkansen. Nous avons pris un train entre Kyoto et Osaka, et le métro pour circuler dans chaque ville. Nous n’avons pas pris le JR pass, car malgré tous les trajets que nous avons fait, il ne valait pas le coup.

Avec les enfants ou non ? 

Certains vous diront que le Japon est un pays très sûr et très confortable pour un voyage avec de jeunes ou moins jeunes enfants. D’autres vous diront qu’il vaut mieux attendre qu’ils soient plus âgés pour mieux en profiter. Pour notre part et d’après notre expérience familiale, nous pensons que si le Japon est le premier voyage des enfants, cela peut s’avérer un peu compliqué ; le trajet en avion est très long, il faut beaucoup marcher, se laisser tenter par la cuisine locale (ou ne manger que du riz pendant 2 semaines), être capable de résister aux chants des sirènes que représentent les milliers de sollicitations que rencontreront les enfants : multitude d’objets « kawaï », de peluches, de papeterie, de souvenirs colorés, de bonbons complètement dingues, de jeux vidéos… Bref, si vos enfants ont un peu de bouteille, ce voyage est d’une richesse inestimable.



C'est où Tokyo ?





Quand sommes-nous partis ?



Nous sommes partis du 16 au 28 avril 2017. Nous avions fait ce choix en espérant combiner nos vacances scolaires et la floraison des fleurs (Sakura), mais nous avons raté celle-ci de quelques semaines.


Qui a participé à ce séjour ?



Nous étions tous les cinq (deux adultes, et trois enfants alors âgés de 10, 10 et 7 ans).


Quel temps fait-il à cette période ?



A peu près tous les temps : très chaud pour la saison, ensuite plus frais et un peu de pluie.

Quel type d’hébergement avions-nous choisi ?



A Tokyo, nous avions loué un appartement occidental dans le quartier d’Asakusa (que nous recommandons vraiment pour son charme traditionnel, ses boutiques de souvenirs, mais aussi son accès facile au reste de la ville). A Kyoto, nous avions loué une maison traditionnelle (voir les photos) dans un quartier excentré, pas très joli mais très accessible en métro. Nous avons fait le même choix pour Osaka, avec une maisonnette traditionnelle proche de la gare (attention, proche de la gare = trains = bruit).
Le tout loué sur Airbnb, comme à notre habitude maintenant.


Quelle organisation pour les repas ?



Nous avons alterné repas à la maison (sachant que les logements étaient peu équipés pour cuisiner réellement), repas à l’extérieur et repas à emporter que nous mangions chez nous. L’offre pour se nourrir est très variée, et les plats cuisinés (et délicieux) se trouvent partout ; il y en a pour tous les goûts.


Qu’y avait-il dans nos bagages ?



Vêtements :
– T-shirts manches longues et des t-shirts manches courtes;
– Une polaire et une veste chaude chacun ;
– Des vêtements de pluie;
– Des pantalons ;
– Une paire de chaussures pour marcher (on a beaucoup marché !);
– Un pyjama chaud et un plus léger.

Bref, de quoi parer à toutes les températures, de la plus humide à la plus printanière !


Médicaments
– Un kit de secours de base (paracétamol, thermomètre, désinfectant, pansements, médicaments pour maux de ventre et diarrhées …);
– Nos traitements habituels.

Divers :
– Appareil photos pour tous;
– Cahiers d’activités pour les enfants;
– Sac de jeux et activités pour les enfants (voir ici), dans sa version allégée;
– Ordi et tablette pour les dessins animés dans l’avion (facultatif car les longs courriers sont tous équipés d’écran)


Combien nous a coûté ce séjour ?



 Avion au départ de Lyon = 3770 € (vous trouverez moins cher en regardant plus tôt)
– Hébergement = 1 350 €
– Transports sur place (Train Narita / Tokyo , métros, Shinkansen, train Kyoto / Osaka, train Osaka / aéroport Kansai) = 450 €
– Loisirs et restauration hors courses alimentaires (Restos et autres plaisirs gustatifs, musées, shopping et souvenirs …) = 2 800 € environ

Nous avons donc dépensé presque 8 370  € à 5 pour 12 jours.



Programme de notre séjour...


–  

A Tokyo, par quartiers :
– Asakusa : le quartier dans lequel nous avons logé, et que nous vous recommandons vivement, car il mêle calme, tradition, vie pratique et achats de souvenirs dans un périmètre très restreint. Nous avons visité le superbe temple Senso-Ji, situé au pied de notre appartement, majestueux de traditions. Asakusa est aussi le quartier où l’on recense le plus de reproduction de plats cuisinés en cire (très pratique pour savoir ce qui siègera dans votre assiette !), ainsi que du Skytree et la Flamme d’Or (ou crotte dorée) de Stark.
– Ueno : Nous avons commencé par le jardin zoologique car les enfants rêvaient de voir des pandas « en vrai ». Nous avons été franchement déçus par la façon dont y sont traités les animaux qui n’ont que trop peu d’espace pour vivre et se développer. Nous ne nous sommes pas éternisés. Le quartier qui entoure le parc du même nom a plusieurs visages ; un joli lac, des allées d’arbres (magnifiquement fleuris pour Sakura, au cours desquelles vous pourrez boire un café ou flâner, pique-niquer, mais aussi un quartier très vivant, avec un très grand marché-rue : le Marché d’Ameya Yokocho, haut en couleurs.
– Shibuya : étant donné que nous avons « râté » la fameuse rue des cosplays et autres originalités de la jeunesse japonaise, nous n’avons pas saisi l’intérêt de ce quartier, si ce n’est celui de pouvoir prendre en photo ou de filmer le passage piéton le plus encombré du pays. Cependant vous trouverez le grand, l’immense Tokyu Hands, un des magasins les plus grands et plus complets de la ville. C’est bien simple, vous y trouverez de tout, ou presque. C’est aussi dans Shibuya que nous avons mangé notre meilleur repas de sushis : les sushis servis sur des rails, fantastique et délicieux !
– Odaïba : le quartier nouveau de la ville, celui qui regroupe un foule de curiosités destinées à attirer le monde et le regard. Pour y aller, nous avons pris le métro aérien, impressionnant (si vous vous mettez devant, vous aurez l’impression de le conduire), qui passe sur le Rainbow Bridge. A Odaïba, vous verrez la Statue de la Liberté, et la mer (cette île artificielle est située dans la baie de Tokyo). Vous pourrez y faire du shopping, manger (comme partout dans cette ville !) et vous rendre au Miraikan, le musée des sciences et de l’innovation, dont les robots très réalistes vous laisseront bouche-bée.

A Kyoto, par quartiers :
Kyoto Est : le Temple Ginkaku-Ji est le temple le plus impressionnant de quiétude et de tradition que nous avons visité. Pour l’atteindre, il faut monter un peu, comme pour atteindre le pied d’une montagne. Le temple, entouré d’un magnifique jardin japonais (qui nous rappellent que les japonais en sont les créateurs), offre tous les ingrédients du jardin zen ; nous n’en dirons pas plus, à part que c’est un incontournable.
Les rues autour sont à faire aussi, pour leurs maisons traditionnelles, et leur ambiance reposante ; nous sommes redescendus à pieds, par le Chemin de la Philosophie.
Kyoto Centre : le Château Nijo jo est également un incontournable de la culture japonaise ; les shoguns y étaient les maîtres, et nous y avons retrouvé les décors de cette époque (et les enfants ceux de Kung-Fu Panda !).
Le marché alimentaire Nishiki occupe une immense galerie couverte, et regroupe des centaines de stands culinaires et décoratifs. On peut y goûter et acheter les mets les plus délicieux, comme les plus étranges. C’est un lieu haut en couleurs de la ville.
Après avoir arpenté les rues du centres, nous avons poussé jusqu’au Musée du Manga, formidable pour les passionnés, plus ou moins jeunes, et pour ceux qui ont grandi avec les dessins animés japonais (comme nous !). Vous y trouverez les mangas rangés par ordre chronologique, mais aussi par auteur, dans différentes langues. Plusieurs activités y sont offertes, et la plus précieuse de toutes : la possibilité de vous avachir dans de grosses poires et bouquiner autant que vous voulez.
– Arashiyama : ce « quartier », accessible en train, semble ne pas faire partie de la ville, et même s’il est peu éloigné du coeur de Kyoto, a des airs d’ailleurs. Après avoir traversé le village très touristique, nous avons traversé la rivière grâce au « pont qui traverse la lune » (Togetsukyo) (mais qui n’a rien d’exceptionnel) pour nous retrouver à Iwatayama, le Parc aux Singes. Il s’agit d’abord d’une promenade en forêt, qui mène jusqu’au repère des singes qui règnent ici par centaines. Les règles sont strictes et les singes peuvent être agressifs si vous ne les respectez pas, mais rassurez-vous : les soigneurs veillent au grain. Vous pourrez même nourrir les singes, mais c’est vous qui serez en cage pour cela, et pas eux.
Nous avons traversé différents temples et poussé jusqu’à la forêt de bambous, impressionnantes par les gigantesques spécimens qu’elle contient.
– Gion : pour ceux qui ont lu / vu l’oeuvre d’Arthur Golden, Gion est le quartier de Kyoto à ne rater sous aucun prétexte. Vous pourrez y rencontrer des Geishas, ce qui est impressionnant. Les rues de Gion sont typiques de Kyoto, avec leurs façades en bois et leurs gravures, les petits ponts et les maisons de Geishas ; preuve en est le quartier de Shimbashi, superbe.
Gion regorge de temples et de sanctuaires aussi magnifiques les uns que les autres, comme le plus coloré : le sanctuaire Yasaka-Jinja.
– Ranukan : c’est dans ce quartier excentré situé au sud de Kyoto qu’est située la colline du sanctuaire Fushimi-Inari, un des sanctuaires shinto les plus importants du Japon. Nous y sommes allés en fin de journée et sous une pluie fine, rendant la promenade encore plus agréable : nous avions la forêt pour nous. Vous serez ébahis par la beauté des Torii, et par leur nombre impressionnant.

Osaka :
Nous n’avons passé qu’une journée à Osaka, pour nous rapprocher de l’aéroport, la veille de notre départ. Pourquoi avions-nous imaginé une ville typique des campagnes japonaises ? Nous avons donc été surpris, ébahis, scotchés par le bourdonnement de cette ville, dont le centre regorge de stimulations visuelles et sonores comme nous n’en avions jamais vues : les devantures des restaurants font preuve de beaucoup de créativité pour attirer votre attention : odeurs de cuisine diverses quelle que soit l’heure, personnages qui chantent sur les vitrines, plats en cire colorés… Quant aux salles de jeux, elles clignotent et vous appellent à coups d’écrans colorés et de musiques rythmées, plus fortes les unes que les autres. Nous n’avons rien visité de particulier, et n’avons donc aucun plan à partager !

 

Shopping :



Nos coups de coeur ?


– Notre vol aller avec Japan Airlines, bien mieux que le retour avec Finnair. Le trajet donnait déjà un avant goût du voyage tellement l’avion et le service étaient confortables et intelligents ;

– A Tokyo : tout sauf Shibuya et le parc zoologique de Ueno

– A Kyoto : tout, sans exception !


Ce que nous vous conseillons



Nous vous conseillons d’acheter vos billets le plus tôt possible, nous avons attendus, et sommes passés à côté des meilleures occasions. Nous vous conseillons aussi de prévoir un budget pour faire plaisir à tout le monde, le Japon fait partie des « grosses » destinations qu’on ne fait que rarement plusieurs fois en famille. Les souvenirs qu’on en rapporte sont importants, qu’ils soient matériels ou virtuels. Enfin, nous n’avons pas pu nous rendre au Musée Ghibli car nous nous y sommes pris trop tard : il faut en effet réserver le plus tôt possible sachant que les réservations sont possibles 3 mois à l’avance seulement.


Quels souvenirs avons-nous ramené ?


– Des objets de déco;
– Un Kimono / peignoir pour femme ;
– Des trousses et des pochettes range-tout ;
– Du thé ;
– Des bricoles kawaï et de la papeterie pour les enfants.

 

Share Button